Qu’est-ce qu’une chambre implantable et comment est-elle mise en place ?

  • Une chambre implantable, aussi appelée voie centrale, port-a-cath ou PAC, est un petit boitier qui se prolonge par un tuyau souple dont l’extrémité est située dans une large veine à proximité du cœur. Ce boitier, positionné sous la peau, est habituellement placé en haut du thorax, juste en dessous de la clavicule.

  • Il permet d’administrer un traitement intra veineux prolongé en évitant les perfusions répétées aux bras, qui deviennent douloureuses avec le temps.

  • Les radiologues interventionnels, qui sont des radiologues spécialement formés à la réalisation d’interventions mini invasives sous contrôle de l’imagerie, font partie des spécialistes effectuant ce type de procédure.

  • Une chambre implantable peut être utilisée pour des cas très divers : transfusions répétées, injections de médicaments (chimiothérapies, antalgiques, antibiotiques, …).

pose-pot-a-cath-chambre-implatable-radiologie-interventionnelle-ocean-imagerie.jpg

L’intervention (Avant-Pendant)

Comment se déroule la pose de la chambre implantable ?

 

  • La pose d’une chambre implantable nécessite une petite intervention, réalisée sous anesthésie locale, d’une durée d’environ 45 min.
  • Elle consiste à placer sous la peau un dispositif composé d’un petit tuyau souple relié à un boitier.
  • Après anesthésie locale, le radiologue interventionnel réalise deux incisions : l’une à la base du cou et la seconde sous la clavicule du même côté. Une petite poche est réalisée au niveau de la seconde incision permettant d’accueillir le boitier. Le tuyau, dont le trajet est sous la peau, est relié au boitier et son extrémité est placée dans le réseau veineux.
  • Les deux incisions sont refermées par quelques points de suture, toujours sous anesthésie locale. Ces fils seront à retirer 10 jours après.
  • A la fin de la procédure, seuls les fils sont visibles, tout le système est caché sous la peau.
  • Le bon positionnement de la chambre est contrôlé à la fin de la procédure par radiographie thoracique.

Comment est utilisée la chambre implantable lors du traitement ?

  • Une fois positionné, le traitement pourra être administré directement dans la chambre implantable à travers la peau. Elle restera en place jusqu’à la fin du traitement tout en permettant de mener une vie normale, voyager, se déplacer et nager.
  • Lors de chaque traitement, il suffira de placer une aiguille dans le boitier à travers la peau. Des aiguilles spéciales seront utilisées. Si nécessaire, un patch d’anesthésie pourra être placé une heure avant la mise en place de l’aiguille sur le boitier.

Comment retire-t-on cette chambre implantable ?

  • A la fin du cycle de traitement, lorsqu’elle n’est plus utile, la chambre implantable pourra être retirée lors d’une petite procédure sous anesthésie locale. L’ensemble du matériel est alors retiré (tuyau + boitier).
  • Cette procédure dure environ une demi-heure.
  • La poche laissée libre sera fermée par quelques points de suture qui seront retirés une dizaine de jours plus tard.

Quels sont les risques éventuels ?

  • Lors de la pose, les risques sont faibles, se résumant presque uniquement à de discrètes douleurs.
  • Aux décours, le risque est la survenue d’un hématome.
  • A distance, quelques complications peuvent survenir : Une infection autour du boitier sous forme de l’apparition d’une rougeur, de douleurs et éventuellement d’un relâchement de la cicatrice. Cela pourrait amener au retrait du boitier.
  • Il peut arriver que le cathéter se bouche, notamment par formation d’un caillot. Si celui-ci ne peut-être débouché, le système pourrait être changé.

 

Partager sur print
Imprimer
Partager sur email
Envoyer par email
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur facebook
Facebook