De quoi s’agit-il ?

Une ponction biopsie thoracique consiste à faire une piqure entre les cotes pour réaliser un ou plusieurs prélèvements, qui seront analysés sous microscope.

Cette ponction biopsie permet dans la majorité des cas, de connaitre la nature de l’image sur laquelle nous nous interrogeons tout en évitant une opération.

 

Pourquoi faire cette ponction dans le service de radiologie ?

Pour nous guider, on utilisera du scanner afin de rendre le geste le précisément. Ainsi le scanner permet de bien repérer l’organe et la lésion a prélever, ainsi que de choisir le bon pont d’entrée de l’aiguille et de suivre son trajet.

Le scanner est une technique qui utilise des rayons X, à des doses faibles, sans risque pour le patient.

 

Comment se déroule l’examen ?

Votre coopération est essentielle, elle contribuera à la rapidité du geste de ponction et diminuera les risques de douleur et de complications. Vous devez rester immobile pendant l’ensemble de la procédure, et arrêter de respirer si le radiologue vous le demande.

La ponction biopsie comprend 3 étapes principales :

  1. Le repérage de l’organe ou de la lésion grâce au scanner
  2. L’anesthésie locale au niveau du point de ponction. Elle provoquera 1 petite douleur de courte durée.
  3. La traversée de la plèvre, enveloppe entourant le poumon, est un peu désagréable. Plusieurs types d’aiguille peuvent être utilisés selon la nature et la profondeur du prélèvement à effectuer, mais il s’agira toujours d’aiguille à usage unique pour éviter d’éventuelles transmissions d’infections.

Il sera parfois nécessaire de faire plusieurs prélèvements. Si cela est nécessaire un calmant vous sera proposé.

La durée de la ponction est variable en fonction du mode de guidage et de la complexité de l’intervention allant de 20 mn à 1 heure.

 

Quelles complications peuvent survenir pendant et après la ponction ?

Toute intervention sur le corps humain, même conduite dans des conditions de compétence et de sécurité maximales, comporte un risque de complication.

Pendant et après une ponction du thorax de l’air peut passer dans la plèvre, produisant un pneumothorax, entrainant une douleur du dos et de l’épaule, et une gêne respiratoire. Ces signes disparaissent le plus souvent spontanément. Exceptionnellement, ils conduisent à placer un petit drain pour évacuer l’air.

Cette complication est systématiquement recherchée par une radiographie des poumons quelques heures après la ponction.

Parfois après la ponction peut survenir des crachats de sang de façon transitoire.

Une respiration calme et régulière aide à minimiser ce phénomène.

Il est exceptionnel qu’une blessure d’un vaisseau soit à l’origine d’une hémorragie nécessitant une transfusion de sang.

Autre complication exceptionnelle : l’embolie gazeuse.

En pratique prévenez à la moindre gêne respiratoire, en cas de douleur persistante ou de signes anormaux tels fièvre, frissons, vertiges.

Le plus souvent, cet examen est plus impressionnant que douloureux ou inconfortable. Une prémédication sera proposée pour vous détendre avant de descendre dans le service de radiologie.

Ambulatoire ou hospitalisation : Cela dépendra de votre état de santé, et de la survenue éventuelle de complications pendant le geste.

En hospitalisation conventionnelle, vous rentrez en clinique la veille du geste, et vous ressortirez le lendemain.

En ambulatoire, vous rentrerez le matin même, et vous sortirez dans l’après-midi.

 

Quand les résultats seront-ils disponibles ?

Une rapide analyse permettra de dire si les prélèvements ont bien rapporté suffisamment de matériel. L’analyse complète prendra plusieurs jours.

Les résultats seront adressés dans les meilleurs délais à votre médecin qui vous les communiquera.

 

Après la ponction ?

Vous serez surveillé par le personnel soignant. Vous devrez rester couché pendant

3 heures après la ponction. Vous irez faire une radiographie pulmonaire que le médecin interprètera avant de vous lever, et de  donner l’autorisation de sortie.

Partager sur print
Imprimer
Partager sur email
Envoyer par email
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur facebook
Facebook