Arrêtez de saigner du nez grâce à une embolisation de l’Epistaxis

Qu’est ce qu’une épistaxis ?

 Une épistaxis est un saignement provenant des fosses nasales, qui sont situées en arrière du nez. Un type de saignement est un problème de santé fréquent, habituellement sans gravité. En fonction de la cause du saignement et de son abondance, il peut parfois constituer un grave problème de santé.

Le riche réseau artériel en arrière du nez explique parfois l’importance de certains saignements.

Le saignement peut être visible sous forme d’un écoulement par le nez mais peut être plus discret en cas d’écoulement postérieur, dans la gorge.

Dans certains cas particuliers, un saignement de nez persistant ou abondant peut être traité par embolisation. L’embolisation est une technique de radiologie interventionnelle. Un radiologue interventionnel est un radiologue formé spécialement aux techniques opératoires mini invasives guidées par des techniques d’imagerie comme la radiographie.

 

Quelles sont les causes habituelles d’un saignement de nez ?

  • La plupart du temps le saignement n’est pas important et aucune cause n’est retrouvée.
  • Une importante poussée d’hypertension artérielle peut parfois provoquer un saignement.
  • Un saignement peut être lié à un traumatisme, notamment lorsque qu’il existe une fracture.
  • Certains médicaments peuvent favoriser un saignement même sans traumatisme, comme l’aspirine et les traitements anti-coagulants (par exemple les anti vitamine K).
  • La présence d’une tumeur dans les fosses nasales et l’existence de maladies des artères comme la maladie de “Rendu-Osler” peuvent être responsables de saignements.

 

Quels en sont les risques ?

En plus de la gêne occasionnée, un saignement abondant et persistant peut-être responsable d’une pâleur, d’une augmentation de la fréquence cardiaque et d’une fatigue.

 

Comment traite-t-on un saignement de nez ?

  • Le traitement va dépendre de l’importance du saignement, de sa durée, de ses conséquences sur la santé et bien sûr, de sa cause.
  • Dans un premier temps, un mouchage efficace et une compression prolongée de la narine concernée sont recommandés. La tête doit être penchée en avant. Cette attitude permet d’arrêter la grande majorité des saignements de nez.

En cas de persistance, il est nécessaire de consulter un médecin.

  • Le premier traitement médical est la mise en place d’une “mèche” (sorte de morceau de coton dense) au sein de la narine concernée. Le médecin évaluera également la possibilité d’interrompre ou non un éventuel traitement par aspirine ou anticoagulant.
  • Si le saignement persiste, un médecin ORL peut dans certains cas mettre en place une sonde à double ballonnet. Il s’agit d’un tuyau souple pouvant être gonflé à deux endroits. Cette sonde est généralement placée en cas de saignement abondants après administration de médicaments anti-douleur. Cette sonde ne peut être laissée en place que quelques heures, au risque d’abîmer par compression les structures à l’intérieur du nez.
  • Lorsque le saignement récidive au retrait de la sonde ou lorsque les saignements sont fréquents et importants, deux autres thérapeutiques peuvent être proposées :
    • la chirurgie, réalisée par un chirurgien ORL, consiste à ligaturer (faire un nœud) ou brûler une ou plusieurs artères vascularisant l’intérieur du nez.
    • l’embolisation, réalisée par un radiologue interventionnel. Ce radiologue est spécialement formé aux techniques opératoires mini invasives, guidées par des techniques d’imagerie comme la radiographie. Le principe de l’embolisation est d’occlure de façon très précise l’artère ou les artères responsables du saignement.

Comment se déroule une embolisation d’épistaxis ?

  • L’embolisation d’une épistaxis (saignement de nez) est un geste très spécialisé, réalisé au bloc opératoire de radiologie interventionnelle.

  • Cette procédure se déroule sous anesthésie locale ou générale en fonction des cas. L’intervention est réalisée chez un patient allongé, sous contrôle radiographique, et dure entre une et deux heures.

  • Après anesthésie locale au pli de l’aine, le radiologue interventionnel met en place un introducteur (sorte de perfusion d’environ 2 mm de diamètre). Cet introducteur va permettre d’insérer un guide et un cathéter (petit tuyau) avec lesquels le radiologue va naviguer dans les artères du corps jusqu’aux artères du cou et du visage.

  • Les artères des deux côtés du visage sont généralement explorées. Un bilan des artères du visage est d’abord réalisé par injection de produit de contraste (comme lors d’un scanner), pouvant provoquer une sensation de chaleur à ce niveau.

  • Après identification des artères potentiellement responsables du saignement, le radiologue interventionnel réalisera une occlusion très précise de ces artères à l’aide de microsphères (petites billes de moins d’un millimètre de diamètre).

  • Une fois l’opération terminée, une nouvelle cartographie des artères sera réalisée puis le matériel sera retiré.

  • Une compression de quelques minutes sera faite au pli de l’aine et un pansement compressif sera mis en place pour quelques heures.

embolisation-epistaxis-operation-saignements-de-nez-ocean-imagerie

Quelle est la durée de l’hospitalisation et quelles sont les suites ?

  • En général la surveillance sera d’une nuit après l’intervention, la sortie se faisant le lendemain.
  • La surveillance concerne principalement le pli de l’aine afin de s’assurer de l’absence d’hématome.
  • Il n’y a pas de contrôle particulier après l’opération mais simplement une éventuelle consultation avec le médecin habituel.

 

Quelle est l’efficacité de l’embolisation ?

L’ embolisation est une opération de radiologie interventionnelle de haute précision qui permet de diminuer ou d’arrêter le saignement dans près de 90 % des cas. En fonction de la cause du saignement, une récidive est possible dans les semaines, les mois ou les années qui suivent. Une procédure d’embolisation peut être réalisée plusieurs fois si nécessaire.

 

Quels sont les risques de l’embolisation d’un saignement de nez ?

  • L’ embolisation d’épistaxis est une procédure habituellement bien tolérée.
  • Néanmoins, comme toute opération sur le corps humain, même réalisée dans des conditions de sécurité et de compétences maximales, comporte un risque de complication.
  • Quelques conséquences mineures peuvent survenir comme des douleurs ou un hématome au pli de l’aine.
  • Les artères du visage peuvent présenter dans de rares cas des connexions avec les artères du cerveau et avec les artères des yeux.
  • Malgré toutes les précautions prises lors de l’intervention, il persiste un risque, très faible, d’altération de la vision ou des capacités cérébrales.
Partager sur print
Imprimer
Partager sur email
Envoyer par email
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur facebook
Facebook